Site de l'université de Franche-Comté
Labo sciences historiques

Edmond DZIEMBOWSKI

  Professeur d'histoire moderne
  Contactdziembowski edmond


Directeur de la série « Historiques » des Presses Universitaires de Franche Comté

 

 

Parcours universitaire

Agrégation d’histoire (1985)

Doctorat en histoire moderne (Université Paris IV-Sorbonne, 1993)

Habilitation à Diriger des Recherches (Université Paris IV-Sorbonne, 2005)   

 

Thèmes de recherche

Histoire politique et culturelle du dix-huitième siècle (Europe, Amérique du Nord).

PUBLICATIONS

• Ouvrages

1. Gabriel-François Coyer, Jacob-Nicolas Moreau. Écrits sur le patriotisme, l'esprit public et la propagande au milieu du XVIIIe siècle, La Rochelle, Rumeur des Âges, 1997, 83 p.


« Pas de patrie sous le joug du despotisme ». Tel est verdict que nous aurait laissé le siècle des Lumières sur l’état du sentiment national pendant les dernières décennies de l’Ancien Régime. Les textes présentés dans ce recueil nous apportent un éclairage plus nuancé. Témoins d’un intérêt croissant pour le « vieux mot » (pour reprendre l’expression de l’abbé Coyer) et pour la vieille idée de patrie, deux écrivains aux convictions idéologiques très dissemblables, Gabriel-François Coyer et Jacob-Nicolas Moreau, procèdent entre 1755 et 1760 à une lecture remarquablement convergente et pertinente de la culture politique du siècle de Louis XV. Nécessité d’une éducation citoyenne, la place de l’imprimé et rôle de la censure dans la France des Lumières, poids des modèles patriotiques de l’antiquité et de la modernité (la Grande-Bretagne), réflexions sur la place de l’information dans un espace public de plus en plus multiforme sont autant de thèmes abordés par les deux auteurs.

couverture de l'ouvrage ed. chez Droz

2. Un nouveau patriotisme français, 1750-1770. La France face à la puissance anglaise à l'époque de la guerre de Sept Ans, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 365, 566 p.


Réimpression en 2014 dans les Oxford University Studies in the Enlightenment de la Voltaire Foundation (Oxford).

 

Le traité de Paris, qui clôt la guerre de Sept Ans (1756-1763), confirme la prépondérance acquise par la Grande-Bretagne sur mer et dans les colonies. Depuis le dix-neuvième siècle, la tradition historiographique concluait en l’indifférence de l'opinion française face à ce bouleversement des rapports de force. Ce livre, qui constitue la version remaniée de la thèse de doctorat soutenue en 1993, s'attache à corriger ce jugement et montre que l'émergence de la puissance britannique a produit une mutation fondamentale de la culture politique de la France d'Ancien Régime.

Tandis que se succèdent les victoires britanniques, s'affirme en France la renommée patriotique de l’ennemi. La force du sentiment national insulaire est regardée comme l'explication la plus satisfaisante de la montée en puissance de la Grande-Bretagne. Déjà regardée comme un modèle politique, social et culturel par la France des Lumières, Albion devient alors un modèle de patriotisme digne d'émulation.

Ce modèle suscite en France un réveil patriotique qui met en exergue la figure du citoyen dévoué au bien public. Ce nouveau patriotisme, qui trouve sa pleine expression dans la littérature du temps (essais théoriques, poèmes, éloges académiques, pièces de théâtre), se place en porte-à-faux avec les bases de la monarchie française. Au terme du conflit, dans sa tentative de reconquête de l’opinion, la propagande gouvernementale fait face à une sphère publique patriote difficilement malléable. Les Français ont en effet cessé de se regarder comme de simples sujets du monarque pour devenir des citoyens moralement et idéologiquement majeurs.

 

3. Les Pitt. L'Angleterre face à la France, 1708-1806, Paris, Perrin, 2006, 579p.

Cette biographie des deux hommes d’État les plus importants de l’Angleterre du dix-huitième siècle offre trois niveaux de lecture. Le premier s’inscrit dans la longue rivalité franco-britannique qui marque de son sceau le « long dix-huitième siècle » et qu’illustrent l’action de Pitt l’Ancien (1708-1778), l’artisan des victoires de la guerre de Sept Ans, puis celle de son fils (1759-1806), l’adversaire infatigable de la France révolutionnaire et impériale. Le second se donne à lire comme l’histoire d’une conception et d’une pratique du politique, qui, enjambant les décennies et malgré les différences de tempérament des deux personnages et en dépit des multiples changements que connaît la Grande-Bretagne, continue d’unir le père et le fils : une pratique et une conception du politique foncièrement originale, qui se nourrit du substrat patriote élaboré dans les années 1730 par les adversaires de l’oligarchie whig. Le dernier niveau, enfin, appréhende l’imaginaire politique des deux hommes d’État, un imaginaire qui, par degrés, s’est construit autour d’une image publique forte, celle de politiciens intègres et vertueux à l’écoute de la « voix de l’Angleterre » et porteurs d’un projet qui, à plus d’une reprise, s’apparente à une politique de l’impossible.

 

 

4. Les Pitt. L'Angleterre face à la France, 1708-1806, Québec, Editions du Septentrion, 2015, 600p. L’édition canadienne du précédent ouvrage est augmentée d’un développement sur le rôle de Pitt le Jeune dans l’élaboration et l’adoption de l’Acte constitutionnel du Canada de 1791.

 

 

5. La Guerre de Sept Ans, 1756-1763, Paris, Perrin, Ministère de la Défense, 2015, 670 p (Prix Chateaubriand 2015 et Prix Guizot 2015 de l’Académie Française).

 

Consacré au conflit le plus emblématique de la rivalité franco-britannique au XVIIIe siècle, l’ouvrage associe l’histoire militaire et diplomatique à une analyse de la culture politique des puissances belligérantes. Son ambition est de montrer que la guerre de Sept Ans, loin de limiter ses effets au bouleversement de l’ordre européen et à la domination maritime et coloniale britannique, s’est également traduite par des mutations politiques capitales en France, en Grande-Bretagne et dans les colonies d’Amérique.

Après une première partie qui expose les enjeux et les caractéristiques d’un conflit né en Amérique et qui s’est ensuite étendu à l’Europe et au reste du monde, l’étude aborde les premiers mois de la guerre, souvent négligés par l’historiographie, qui voient la France dans une position militaire favorable et l’Angleterre, alors en difficulté sur les champs de bataille, en proie à une grave crise politique. Les premiers revers de l’armée de Louis XV en Allemagne marquent le terme de ce « moment français ».

Examinées dans une troisième partie, les victoires britanniques en Amérique et dans le reste du monde sont replacées dans le contexte politique et idéologique qui les a vu naître. L’ouvrage s’attache notamment à décrire la politique de William Pitt, principal responsable de la guerre au sein du Cabinet britannique, et celle de son adversaire français, le duc de Choiseul. L’étude s’achève par une partie qui examine les bouleversements des rapports de force ainsi que les effets de la guerre sur les opinions et la politique des puissances combattantes. Un chapitre aborde un aspect de la guerre peu traité par l‘historiographie : l’effort de propagande mené par la France, la Prusse et la Grande-Bretagne.

Les mutations de la culture politique en Europe et en Amérique du Nord constituent le fil rouge de l’ouvrage. Application de la doctrine patriote élaborée dans les rangs de l’opposition, l’action ministérielle de Pitt se traduit par une promotion inédite des Britanniques dans la vie publique. Ce patriotisme de gouvernement ouvre la voie au radicalisme qui apparaît à la fin du conflit. Outre-Atlantique, ce même patriotisme de gouvernement qui, pendant la guerre, a conduit à une redéfinition de la place des colonies dans l’empire, prépare des lendemains difficiles dans les relations entre celles-ci et la métropole. Contestant la position traditionnelle de l’historiographie soutenant que la guerre de Sept Ans n’aurait suscité que de l’indifférence, l’étude s’attache à décrire la vague de patriotisme qui se développe en France et d’en souligner les enjeux fondamentaux. À la fin de la guerre, un patriotisme de type radicalement nouveau, mobilisant des Français qui ne se considèrent plus simplement comme les sujets du roi, mais comme des citoyens, a vu le jour.

 

 

6. La Guerre de Sept Ans, 1756-1763, Québec, Editions du Septentrion, 2015, 670 p. Edition canadienne du précédent ouvrage.

patrimoine

La Renaissance

Pitt canada

Guerre 7 ans

prix

guerre 7 ans

• Manuels


7. Avec Michel RAPOPORT, Le débat sur l’abolition de l’esclavage. Grande-Bretagne. 1787-1840, Neuilly, Atlande, 2009, 287p.

 

Le 28 août 1833, le roi William IV donne son royal assent à l’Act for the Abolition of Slavery throughout the British Colonies. Son approbation constitue l’aboutissement d’une histoire commencée un demi-siècle plus tôt. C’est en effet le 16 juin 1783 qu’une modeste pétition émanant d’un petit groupe de Quakers demandant que le Parlement prenne en considération la condition des esclaves jette les premières bases du mouvement condamnant l’esclavage et réclamant des mesures urgentes pour mettre fin à ce fléau. L’ouvrage examine l’important débat qui a accompagné le combat abolitionniste. J’ai rédigé la première partie, consacrée à la première phase du combat (des années 1780 à 1807, date de l’abolition de la traite) et à l’important débat qui s’est porté sur la question de la traite. Sa dimension politique, essentielle, a été particulièrement développée. Les rapports entre réforme, radicalisme et abolitionnisme et la dimension extraparlementaire du combat ont fait l’objet d’une mise au point substantielle.

abolition esclavage

• Direction d’ouvrages



8. Avec Ann THOMSON et Simon BURROWS, Cultural transfers : France and Britain in the long eighteenth century, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC, 2010, 04, 326p.

 

Fruit d’une série de workshops organisés par Ann Thomson dans le cadre d’un programme ANR, cet ouvrage collectif se propose d’examiner les transferts culturels entre la France et la Grande-Bretagne au dix-huitième siècle à travers trois vecteurs essentiels : les réseaux tissés par des passeurs comme les Huguenots ou des intermédiaires comme les diplomates et les institutions scientifiques ; les périodiques lettrés et savants mais aussi les gazettes d’essence gouvernementale qui contribuent à diffuser la culture politique britannique ; les traductions et les traducteurs, qui, par les altérations qu’ils font subir aux textes originaux en les rendant plus conformes à ce qu’ils imaginent être l’horizon d’attente de leurs lecteurs, constituent l’illustration sans doute la plus fascinante de ces transferts culturels transmanche.

 


 

cultural transferts France and Britain


• Articles et communications

 

9. « Les débuts d'un publiciste au service de la monarchie : l'activité littéraire de Jacob-Nicolas Moreau pendant la guerre de Sept Ans », Revue d'Histoire Diplomatique, 1995, 4, p. 305-322.

 

10. « Guerre en dentelles ou guerre cruelle? La représentation de la guerre de Sept Ans dans la littérature du XVIIIe siècle », in A. Corvisier et J. Jacquart, dir., Les malheurs de la guerre, I, De la guerre à l'ancienne à la guerre réglée, Paris, CTHS, 1996, p. 313-320.

11. « La défense du modèle anglais pendant la guerre de Sept Ans », in U. Köllving et C. Mervaud, dir., Voltaire et ses combats, Actes du congrès international Oxford-Paris 1994, Oxford, Voltaire Foundation, 1997, I, p. 89-97.

 

12. « La France et la Grande-Bretagne pendant les années 1750 : Aux portes d'une nouvelle modernité », Franco-British Studies. Journal of the British Institute in Paris, XXVIII, 1999 (numéro spécial : Franco-British Relations during the Second Millenium), p. 67-86.

 

13. « Traduction et propagande : convergences franco-britanniques de la culture politique à la fin du dix-huitième siècle », in K. de Queiros Mattoso, dir., L'Angleterre et le monde, XVIIIe-XXe siècle. L'histoire entre l'économique et l'imaginaire. Hommage à François Crouzet, Paris, L'Harmattan, 1999, p. 81-111.

 

14. « Autour du premier Pitt : l'histoire politique de l'Angleterre au XVIIIe siècle », in F. Lachaud, I. Lescent-Giles, F.-J. Ruggiu, dir., Histoires d'outre-Manche. Tendances récentes de l'historiographie britannique, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 102-120.

 

15. « The English political model in eighteenth-century France », Historical Research. The Bulletin of the Institute of Historical Research, LXXIV, 184, 2001, p. 151-171.

 

16. « Les enjeux politiques du patriotisme français pendant la guerre d'Amérique : les dons de vaisseaux de 1782 », in B. Cottret, dir., Du patriotisme aux nationalismes (1700-1848). France, Grande-Bretagne, Amérique du Nord, Paris, Créaphis, 2002, p. 43-73.

 

17. « Le mythe de l'or de Pitt et l'imaginaire politique de la France révolutionnaire », F. Monier, dir., Complots et conspirations en France du XVIIIe au XXe siècle, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, coll "Lez Valenciennes" n°32, 2003, p. 29-45.

 

18. « Identité républicaine et diplomatie: l'impossible dialogue franco-britannique (automne-hiver 1792-93) », in. M. Belissa, A. Bellavitis, M. Cottret, L. Croq et J. Duma, dir., Identités, appartenances, revendications identitaires (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Nolin, 2005, p. 191-199.

 

19. « “Si j'étais Américain comme je suis Anglais“ : Pitt l'Ancien et le dilemme de la Révolution américaine », M. Belissa et B. Cottret, dir., Cosmopolitismes, patriotismes. Europe et Amériques, 1773-1802, Rennes, Les perséides, 2005, p. 23-41.

?

20. « La place des descentes sur les côtes françaises dans la politique de William Pitt l’Ancien (1758-1758) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 114, 4, 2007, p. 119-131.

 

21. Avec Marc BELISSA et Jean-Yves GUIOMAR, « De la guerre de Sept Ans aux révolutions : regards sur les relations internationales », Annales historiques de la Révolution française, 349, juillet-septembre 2007, p. 179-202.

 

22. « L'Angleterre inexportable: le comte de Gisors face à la vie politique britannique du milieu du XVIIIe siècle », in  J.-P. Genet, F.-J. Ruggiu, dir., Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, Représentations, Pratiques (France-Angleterre, Xe-XXe siècles), Paris, PUPS, 2007, p. 129-142.

 

23. « Les négociations franco-britanniques de 1761 devant le tribunal de l'opinion: le duc de Choiseul et la publicité de la diplomatie française », in J. P. Jessenne, R. Morieux, P. Dupuy, dir., Le négoce de la paix. Les nations et les traités franco-britanniques (1713-1802), Paris, Société des études Robespierristes, 2008, p. 47-67.

 

24. Préface du livre de Jonathan DULL, La guerre de Sept Ans. Histoire navale, politique et diplomatique, Rennes, Les Perséides, 2009 p. 7-11.

 

25. « Parlementaires français et patriotes britanniques au milieu du dix-huitième siècle : les jeux de miroir de deux oppositions » in A. J. Lemaître, dir., Le monde parlementaire au XVIIIe siècle. L'invention d'un discours politique, Rennes, PUR, 2010, p. 221-238.

 

26. « Le radicalisme au début du XIXe siècle, ou le poids des héritages », in J. Vigreux, J. Vincent, dir., Conflits et conflictualité dans le monde britannique  1815-1931, Cahiers d’Histoire, n°111, 2010, p. 17-33.

 

27. « On the Art of Diplomacy and the Art of Describing Diplomacy : The Chevalier d’Eon and British Political Life at the End of the Seven Years’ War » in S. Burrows, J. Conlin, R. Goulbourne, V. Mainz, dir., The Chevalier d’Eon and his Worlds. Gender, Espionage and Politics in the Eighteenth Century, Londres, Continuum Books, 2010, p. 25-44.

 

28. « Le ministère Shelburne et la réforme de la Constitution britannique », in R. Abad, J. P. Bardet, J. F. Dunyach, F.-J. Ruggiu, dir., Les passions d’un historien. Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Poussou, Paris, PUPS, 2010, p. 315-324.

 

29. « Le peuple français instruit: Edme-Jacques Genet et la traduction des écrits politiques britanniques pendant la guerre de Sept Ans » in A. Thomson, S. Burrows et E. Dziembowski, dir., Cultural transfers : France and Britain in the long eighteenth century, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC, 2010, 04, p. 175-188.

 

30. « Remarques sur les transferts culturels franco-britanniques au XVIIIe siècle », in P.-Y. Beaurepaire, P. Pourchasse, dir., Les circulations internationales en Europe années 1680-années 1780, Rennes, PUR, 2010, ; p. 453-467.

 

31. « Lord Shelburne’s Constitutional Views in 1782-3 », in N. Aston, C. Campbell Orr, dir., An Enlightenment Statesman in Whig Britain. Lord Shelburne in Context, 1737-1805, Woodbridge, The Boydell Press, 2011, p. 215-232.

 

32. « Élie-Catherine Fréron et la politique britannique du XVIIIe siècle : les avatars d’un torysme à la française » in V. Gazeau et J.-P. Genet, dir., La France et les îles Britanniques : un couple impossible ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 229-244.

 

33. « La propagande et la politisation de l’espace public en France pendant la guerre de Sept Ans et la guerre d’Indépendance américaine », in L. Bourquin, P. Hamon, A. Hugon et Y. Lagadec, dir., La politique par les armes. Conflits internationaux et politisation (XVe-XIXe siècle), Rennes, PUR, 2013, p. 245-257.

 

34. Avec Dominique LE PAGE, « Conclusions » au colloque L’intégration de la Bourgogne au royaume de France (XVIe-XVIIIe siècle). Regards transatlantiques. Actes publiés sous la direction de D. Le Page et J. Loiseau, Annales de Bourgogne, 2013, 85-1/4, p. 314-321.

 

35. « Transparence ou désinformation ? La perte du Canada dans la presse gouvernementale française », in B. Fonck et L. Veyssière, dir., La fin de la Nouvelle-France, Paris, Armand Colin/Ministère de la Défense, 2013, p. 371-385.

 

36. « La place des années médianes du XVIIIe siècle dans l’histoire politique de la Grande-Bretagne » in J.-F. Dunyach et A. Mairey, dir., Les âges de Britannia. Repenser l’histoire des mondes britanniques (Moyen-Âge-XXIe siècle), Rennes, PUR, 2015, p. 107-119.

 

37. « L’autre guerre de Sept Ans : les puissances belligérantes et les opinions » : à paraître dans les actes du colloque La guerre de Sept Ans. Une première guerre mondiale ? (Musée national de la Marine, Musée de l’Armée, Paris, 13-14-15 novembre 2013).

 

38. « Le legs politique de la guerre de Sept Ans en Grande-Bretagne : du patriotisme au radicalisme » : du patriotisme au radicalisme », in L. Veyssière, P. Joutard, D. Poton, dir., Vers un nouveau monde atlantique. Les traités de Paris, 1763-1783, Rennes, PUR, 2016, p. 57-66.

39. « Naissance d’une nation », in V. Bajou, dir., Versailles et l’Indépendance américaine, catalogue de l’exposition présentée au château de Versailles du 5 juillet au 2 octobre 2016, Versailles, Château de Versailles, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2016, p. 34-36.

 

40. « La déclaration d’Indépendance », in V. Bajou, dir., Versailles et l’Indépendance américaine, catalogue de l’exposition présentée au château de Versailles du 5 juillet au 2 octobre 2016, Versailles, Château de Versailles, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2016, p. 46-48.

 

41. « Les Affaires de l’Angleterre et de l’Amérique », in V. Bajou, dir., Versailles et l’Indépendance américaine, catalogue de l’exposition présentée au château de Versailles du 5 juillet au 2 octobre 2016, Versailles, Château de Versailles, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2016, p. 58-60.

 

42. « Birth of a Nation », in V. Bajou, dir., Versailles and the American Revolution, catalogue published for the exhibition held at the Palace of Versailles from 5 July to 2 October 2016,  Versailles, Château de Versailles, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2016, p. 34-36.

 

43. « The Declaration of Independence », in V. Bajou, dir., Versailles and the American Revolution, catalogue published for the exhibition held at the Palace of Versailles from 5 July to 2 October 2016, Versailles, Château de Versailles, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2016, p. 46-48.

 

44. « British Ministries », in V. Bajou, dir., Versailles and the American Revolution, catalogue published for the exhibition held at the Palace of Versailles from 5 July to 2 October 2016, Versailles, Château de Versailles, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2016, p. 58-60.

 

45. « La guerre de Sept Ans », Commentaire, n°155, automne 2016, p. 678-684.

 

46. « Tentation libérale et propagande radicale : la traduction des écrits politiques britanniques par le secrétariat d’État des Affaires étrangères dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », in J.-P. Genet, dir., Actes du colloque sur la traduction, Oxford, 2012 : à paraître.

 

47. « “Projets des têtes fêlées“ ou voix d’une France majeure ?  Les formes de la revendication citoyenne à la fin de l’Ancien régime », in M. Bubenicek, dir., Doléances. Approches comparées de la plainte politique comme voie de régulation dynamique des rapports gouvernants-gouvernés (fin XIIIe-premier XIXe s.) : à paraître aux Presses Universitaires de Franche-Comté.

• Vulgarisation de la recherche

48. « La perte du Canada dans la presse gouvernementale française », Cap-aux-Diamants. La revue de l’histoire du Québec, n° 115, automne 2013 (numéro consacré à Une colonie face à son destin. Le traité de Paris de 1763), p. 23-26.

49. « Et vive le roi d’Angleterre ! », Historia spécial n°29, mai-juin 2016 (États-Unis. Des idéaux des Pères fondateurs aux contradictions d’une démocratie), p. 18-23.

 

50. « La guerre de Sept Ans », Histoire et Civilisations, n°18, juin 2016, p. 56-67.

 

51. « L’éphémère parenthèse anglaise », Historia spécial n° 32, novembre-décembre 2016 (Cuba. De Colomb à Castro. L’histoire méconnue d’une île rebelle), p. 30-31.

 

52. « William Pitt, l’ami du peuple anglais », L’Histoire, n° 430, décembre 2016, p. 74-79.

53. « Les déflagrations de la poudrière européenne », Historia spécial n°36, juillet-août 2017 (Le Canada. Des Amérindiens à la Confédération. Naissance d’un pays-continent), p. 58-68.

54. « La quête délicate de l’unité politique », Historia spécial n°36, juillet-août 2017 (Le Canada. Des Amérindiens à la Confédération. Naissance d’un pays-continent), p. 76-77.

 


DIRECTIONS DE THÈSES

 

Caroline BEDU-SIMONTransferts scientifiques, intellectuels et culturels des savoirs entre Angleterre et France à travers la vie et les écrits de Mathieu Maty (1718-1776), savant et homme de lettres du XVIIIe siècle

 

Vincent COSSARUTTOLa défense du pouvoir royal dans le débat public à l’époque de la « révolution » Maupeou (1770-1775)

Rémi LASNAMI-SEYFRITZLe cérémonial dans les pays d’Etats aux XVIIe et XVIIIe siècles (Artois-Flandres-Cambrésis, Bourgogne, Bretagne, Languedoc)

Isabelle MEUNIER-MESSIKAL’univers d’un aventurier des Lumières, Jean-Henri Maubert de Gouvest (1721-1767)

Natacha ROSSIGNOL, Fripons et friponnerie dans l’espace européen des Lumières (vers 1680-fin du XVIIIe siècle)

 

Eric THIOUL’Université de Besançon et ses étudiants à la fin de l’Ancien Régime

Leïla TNAÏNCHIBenjamin Franklin et l’espace public français. Contribution à l’histoire des transferts cultuels transatlantiques à l’époque de la révolution américaine (1776-1790)