Site de l'université de Franche-Comté
Labo sciences historiques

Franck BONELLO

Doctorant

Sujet : La masculinité dans le discours politique en France et en Angleterre (1714/15-années 1780). (2e année)

Directeur de thèse : Edmond DZIEMBOWSKI

Souvent présenté comme une période d’émancipation féminine, le XVIIIe?siècle est également celui de la promotion des hommes. Si de nombreuses études ont été consacrées aux femmes des Lumières, il n’en est pas de même pour les seconds. Or, alors que se redéfinissent les frontières des sexes, l’homme est autant l’ordre du jour que la femme, en France comme en Grande-Bretagne. C’est ce qui autorise une étude de la masculinité au le XVIIIe?siècle.


C’est d’abord dans le discours politique que s’élabore une nouvelle masculinité. Par cette expression, nous entendons toute production (textuelle ou iconographique) qui développe une pensée politique sur le présent. En particulier, l’histoire est convoquée?: dans les histoires, éloges et tragédies historiques qui paraissent en masse, ne s’agit-il pas de convoquer les hommes du passé pour éclairer ceux du présent?? De leur proposer des figures d’hommes parfaits dans le cadre d’une «?masculinité historique?»?? De conjurer la terreur d’une décadence que beaucoup, en Angleterre comme en France, assimilent à un efféminement des hommes??


Au même moment, la rupture artistique du milieu du siècle est révélatrice d’un changement d’attentes pour le présent, en substituant aux douceurs féminines du rococo les ardeurs viriles du Sublime. S’invente alors un «?homme de papier?», néoclassique par sa vertu et son patriotisme, mais aussi sensible et proche
de ses compagnons d’armes. Un homme républicain??